Bâtiment

Un bâtiment éco-responsable permet non seulement de réduire ses coûts financiers et son impact sur l’environnement mais aussi de sensibiliser et/ou impliquer tous les acteurs qui l’occupent : artistes, techniciens, personnel permanent, fournisseurs, prestataires et spectateurs.
Evaluer et maîtriser sa consommation énergétique

Réduire sa consommation d’énergie :

  • Limiter au maximum l’utilisation de la climatisation ou du chauffage : préférer les ventilateurs, ne jamais laisser plus de 4°C de différence entre l’intérieur et l’extérieur, éteindre les radiateurs avant d’aérer la pièce.
  • Conserver la température ambiante : fermer les volets ou rideaux pendant la nuit, l’hiver ou le jour, l’été, si le soleil est direct, isoler les espaces peu ou pas chauffés (rangements, escaliers, entrées…), fermer les portes/accès entre ces espaces et les espaces de travail.
  • Gérer ses équipements :
    • Privilégier les LEDs non connectées, éteindre systématiquement les lumières notamment la nuit et le week-end, mais aussi quand la luminosité extérieure suffit.
    • Installer le poste de travail de manière à profiter au maximum de la lumière naturelle, s’équiper d’un moniteur système pour évaluer la consommation électrique des éclairages.
    • Éteindre les appareils électriques la nuit et le week-end, favoriser les multiprises pour couper tous les appareils simultanément.
  • Choisir un fournisseur qui achète toute son électricité à des petits producteurs d’énergie renouvelable (solaire et éolienne), basés en France. Cette électricité 100 % d’origine renouvelable est injectée directement dans le réseau électrique français.
  • Choisir un fournisseur qui achète des « garanties d’origine » à ces mêmes petits producteurs, correspondant exactement à l’électricité qu’il leur a achetée et qui a été injectée dans le réseau français, en toute transparence.

Dans le classement de Greenpeace France, les fournisseurs les mieux classés investissent l’essentiel de leurs revenus dans des capacités supplémentaires de production d’énergie renouvelable. Un contrat d’électricité « verte » chez un tel fournisseur contribue réellement à la transition énergétique et permet de soutenir directement les petits producteurs d’énergie renouvelable.
source


Chercher l’autonomie énergétique :

  • Installer des panneaux photo voltaïques sur les toitures des établissements (ex : Théâtre Le Granit à Belfort).
  • Installer une pompe à chaleur souterraine pour la production d’électricité.
    • Exemple du National Theater of Great Britain : le bâtiment South Bank a réduit de 25% son impact carbone depuis 2016 notamment grâce à de l’énergie solaire et éolienne, une pompe à chaleur, une usine d’extraction et un collecteur d’eau.
  • Installer sa propre usine d’extraction d’eau et de récupération d’eau : équiper certains espaces du site en collecteurs d’eau de pluie pour fournir de l’eau non potable, toilettes notamment.
  • Mettre en place des économiseurs d’eau (robinets, toilettes…)

Diminuer la pollution due au transport des équipes :

  • Bien choisir les véhicules de fonction : opter pour des voitures ou fourgons électriques et équiper les espaces de stationnement de bornes de rechargement.
  • Sensibiliser les équipes :
    • Encourager des plans de mobilité́ par la mise en place de réseaux de covoiturage et/ou de partenariats avec les sociétés de transport.
    • Proposer un forfait mobilité durable au personnel qui opte pour la mobilité douce.
    • Proposer aux employés des ateliers réparation vélo par le biais d’employés relais ou de partenaires
Réduire et trier ses déchets

Eviter les contenants à usage unique :

  • Équiper le lieu d’une cuisine : Encourager les employés à amener leurs repas dans des contenants réutilisables, garder les contenants plastiques de précédents repas, amener des bocaux et tupperwares pour acheter leurs déjeuners à emporter.
  • Distribuer des gourdes/tasses individuelles et/ou nominatives.
  • Désactiver la distribution de gobelet et touillette des distributeurs de boissons chaudes.

Mettre en place le tri sélectif avec des consignes claires :

  • Mettre des poubelles de tri sélectif dans tous les espaces du bâtiment y compris dans les loges.
  • Rallier les prestataires de service à la cause écologique : service de ménage et de récupération des déchets afin que les déchets soient traités correctement.
  • Recycler les lampes et piles en les déposant dans les bacs dédiés de commerçants.
    • Site de l’ADEME qui informe où jeter chaque déchet, son utilité après recyclage et comment en éviter l’usage.
    • Si votre ville ne propose pas d’option satisfaisante à vos yeux, vous pouvez consulter Quitri qui met en relation avec des acteurs du recyclage.
    • Application Citeo : pour savoir où et comment trier ses déchets en fonction de sa localité.

Le tri, une obligation légale pour les bureaux depuis 2018 (à partir de 20 collaborateurs).
source


Collecter les mégots de cigarettes pour les faire recycler :

  • Installer des cendriers accessibles et mettre en place la collecte des mégots dans des contenants dédiés.
    • Une association de bénévoles qui propose kits de recyclage, cendriers de poche, cendriers d’extérieur, signalétique, stands de sensibilisation et collecte les mégots : Greenminded.
    • Une association qui a les mêmes objectifs : Mego.
    • La première solution de dépollution écologique, sans eau ni solvant toxique dans le but de transformer la fibre en isolant thermique pour le bâtiment et/ou le textile : Tchaomegot.
  • S’assurer que l’espace fumeur ne se situe pas à proximité d’une grille au sol pour éviter les risques de transmissions des mégots via l’eau.

Favoriser l’utilisation de produits ménagers responsables :

  • Utiliser des produits d’entretien bio sourcés sans danger pour l’homme et l’environnement, des produits ménagers naturels ou disposant d’un label environnemental.
    • Découvrez les labels recommandés par l’ADEME.
  • L’exiger à son prestataire de service le cas échéant.
  • S’assurer que le personnel de ménage ait reçu une formation sur le tri des déchets et le dosage des produits ménagers (éviter que les poubelles triées soient mélangées).
Repenser les espaces de manière éco-responsable

Concevoir chaque espace avec une exigence environnementale :

  • Choisir avec soin ses prestataires (architecte, paysagiste, bureau d’étude, artisans…).
  • Concevoir des espaces modulables et évolutifs qui s’intègrent dans le paysage urbain et végétal.
  • Prêter attention à l’isolement thermique du futur bâtiment et des technologies de chauffage/climatisation.
  • Réutiliser des matériaux déjà utilisés (chantiers de démolition, décharges, décors existant).
  • Choisir des matériaux biosourcés, réutilisables et dégradables à terme.
  • Appliquer ces préceptes en cas de construction ex nihilo, de rénovation, de ré-aménagement d’espaces intérieurs.

Faire place à la nature :

  • Végétaliser le bâtiment et les espaces : les plantes purifient l’air en absorbant les substances polluantes et en émettant en échange de la vapeur d’eau. Cela permettra d’avoir un environnement de travail plus humidifié et plus oxygéné.
  • Favoriser la biodiversité : s’équiper de ruches afin d’encourager la colonisation et la pollinisation citadines des abeilles.

Je suis régisseuse générale du Lucernaire forum depuis août 2020. Nous avons trois salles de théâtre, trois salles de cinéma, un espace expo, une école de théâtre + ateliers amateurs, une librairie, un bar et un restaurant, bref, on ne s’ennuie pas ! D’importants travaux ont eu lieu cet été, dans les salles de théâtre, le bar et le restaurant.
A cette occasion, j’ai proposé que l’on donne les anciens sièges des théâtres, les verres et vaisselle du restaurant et du bar, des tables et des chaises… Plutôt que de faire venir les encombrants et que tout cela parte à la poubelle.
Nous mettons en place le Document Unique, obligatoire dans toutes les structures et ayant pour but d’avoir une visibilité large et précise des contextes et environnements de travail de chacun et de fait, des améliorations et mises en oeuvre bénéfiques à tout un chacun.
Nous sommes dans une phase de transition et nous mettons tout en oeuvre pour améliorer la vie des salariés, des artistes et techniciens, du public et des clients que nous recevons de manière générale et dans tous les espaces. Le Lucernaire est une ruche, qui porte bien son nom. Toute l’équipe est très motivée et encline à de profonds changements qui vont dans le sens de la planète et de tous ses habitants. C’est un lieu très agréable et les gens y sont tous très attachés. L’âme de Laurent Terzieff nous protège et nous avons tous le désir de faire évoluer ce lieu mythique.
Nous avons tous conscience du privilège qui nous est offert de pouvoir y vivre au quotidien.

Caroline Robert – Le Lucernaire

Sources :
La responsabilité écologique des lieux permanents de spectacle vivant, des enjeux et des spécificités. – 2019 – Amélie Mammou