Hôtellerie

En France, le seul traitement du linge du parc hôtelier représente chaque année 470 tonnes d’émissions de CO2, 10 millions de m3 d’eau, 15.000 tonnes de produits lessiviels (Source : UMIH et ADEME). Il est cependant possible de mettre en place des mesures simples et pratiques pour réduire petit à petit cet impact et, à terme on l’espère, faire changer les habitudes de certains établissements.
Compagnie, Ensemble, Artiste

Anticiper son hébergement avant la production :

  • Choisir ou demander au lieu d’accueil un logement éco-responsable et à proximité du lieu de spectacle (accessible à pied ou en vélo).
  • Demander au lieu d’accueil ou à l’hôtel la mise en place de mesures éco-responsables.
    • Ne prévoir qu’une seule serviette par personne dans les chambres.
    • Pas de produits d’accueil d’hygiène (shampoing, gel, savon, crème…) ou de petits accessoires (limes, cotons, cotons tiges…). Si possible, avoir des distributeurs rechargeables dans les chambres.
    • Refuser les gobelets en plastique, et les remplacer pas des verres lavables.
    • Pas de ménage, ni changement de literie pour un séjour de moins de 4 jours.
    • Pas de climatisation, chauffage, lumière avant l’arrivée dans les chambres.
    • Demander l’installation de poubelles sélectives dans les chambres.
  • Favoriser les alternatives à l’hôtel : logement chez l’habitant ou chez un proche.
    • Il faut également prendre en compte la potentielle distance supplémentaire à parcourir et les modes de transport possibles pour rejoindre le logement.
  • Proposer/Imposer à chaque structure ou artiste accueilli d’adhérer à ces principes : rédiger une charte stricte et la partager avec les artistes/structures accueillis.

Un client consomme en moyenne 300 litres d’eau par nuitée d’hôtel contre 150 litres à son domicile personnel.
source


Sur place, adopter une conduite éco-responsable :

  • Informer les artistes des mesures éco-responsables sollicitées et de celles à respecter de leur côté.
    • Suivre les instructions données par l’hôtel pour que les serviettes ne soient pas lavées tous les jours.
    • Apporter ses propres produits d’hygiène (savon et shampoing solide, coton-tiges réutilisables, contons lavables…).
    • Ne pas utiliser les échantillons, accessoires et gobelets plastiques si fournis.
    • Mettre le panneau « ne pas déranger » sur la porte pour éviter que le ménage soit fait.
    • Éteindre ou baisse la climatisation, le chauffage, éteindre la lumière à son départ de la chambre.
    • Utiliser les poubelles sélectives.
  • Adopter une conduite éco-responsable au petit-déjeuner.
    • Se renseigner sur la provenance des produits du petit- déjeuner.
    • Suggérer ou valoriser des produits locaux, non-emballés, labellisés bio, fait-maison au petit-déjeuner.
    • Encourager et faire connaître les solutions anti-gaspi auprès de l’hôtel : Too Good To Go, Phenix, Optimiam.
  • Prévenir l’hôtel si les artistes ne prennent pas de petit-déjeuner pour optimiser les quantités.
    • En cas de proposition de box petit-déjeuner : être strict sur le contenu et les emballages plastiques.
    • Préparer un menu type de petit-déjeuner à emporter « responsable » et le faire parvenir à l’hôtel en amont.

Fraises de saison, production locale : 1 kg CO2/kg .
Fraises en hors saison (serre chauffée, France) : 3.4 kg CO2/kg
Bilan GES ADEME


Lieu d’accueil, Festival

Anticiper le séjour, bien choisir l’hébergement et le sensibiliser à sa démarche :

  • Rechercher un logement éco-responsable et à proximité du lieu de spectacle (accessible à pied) : repérer dans l’offre locale les établissements labellisés et initier des partenariats privilégiés avec les établissements.
    • Un label environnemental international pour les hébergements touristiques et les restaurants : La Clef verte.
    • L’Ecolabel européen Hébergement touristique.
  • Demander à l’hôtel la mise en place de mesures éco-responsables dans les chambres.
    • Une seule serviette par personne.
    • Pas de produits d’accueil d’hygiène (shampoing, gel, savon, crème…) ou de petits accessoires (limes, cotons, cotons tiges…). Si possible, distributeurs rechargeables.
    • Pas de gobelet en plastique. Si possible, verre lavable.
    • Pas de ménage, ni changement de literie pour un séjour de moins de 4 jours.
    • Pas de climatisation, chauffage, lumière avant l’arrivée dans les chambres.
    • Poubelles sélectives.
  • Demander des produits locaux, non-emballés, labellisés bio, faits maison au petit-déjeuner.
    • Sensibiliser les structures d’accueil à l’impact du suremballage et à la consommation raisonnée.
  • Prévenir l’hôtel si les artistes ne prennent pas de petit-déjeuner pour optimiser les quantités.
    • En cas de proposition de box petit-déjeuner : être strict sur le contenu et les emballages plastiques.
    • Préparer un menu type de petit-déjeuner à emporter « responsable » et le faire parvenir à l’hôtel en amont.
  • Encourager et faire connaître les solutions anti-gaspi auprès de l’hôtel.
    • Favoriser les contacts directs avec la réception de l’hôtel et engager la discussion si le contexte s’y prête.
    • Trois applications anti-gaspi : TooGoodToGo, Phenix, Optimiam.

Communiquer sur son engagement auprès des artistes accueillis :

  • Proposer des alternatives à l’hôtel : logement chez l’habitant ou logement chez un proche.
    • S’appuyer sur le réseau de bénévoles (festival), association d’amis etc.
    • Article sur l’hébergement chez l’habitant
  • Rechercher un logement éco-responsable et à proximité du lieu de spectacle (accessible à pied).
  • Expliquer aux artistes les mesures éco-responsables mises en place.
  • Encourager les artistes à ne pas gâcher la nourriture au petit-déjeuner (emporter les restes, si cela est autorisé).
  • Proposer/Imposer à chaque structure ou artiste accueilli d’adhérer à ces principes : rédiger une charte stricte et la partager avec les artistes/structures accueillis.

Rappelons que chacun d’entre nous jette chaque année entre 20 et 30 kilos de nourriture, ou 140 kilos par habitant. 
Source : Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie


Même face à des grandes chaînes hôtelières, faites savoir vos exigences et votre pouvoir de pression en tant que client ; ce n’est qu’à force de sollicitations que les habitudes changeront du côté hôtelier.

« Chez Gli Incogniti, notre premier domaine d’action a été l’hôtellerie. J’envoie maintenant à chaque hôtel qui nous accueille un mail type de demandes visant à réduire notre impact environnemental : pas de ménage et de changement de literie si nous restons plusieurs nuits, pas de produit d’accueil ni de verre en plastique, une seule serviette de toilette par personne… Les demandes sont en général bien reçues et j’ai même rencontré la directrice d’un hôtel qui souhaitait faire évoluer son établissement dans ce sens. J’informe également systématiquement les musiciens des mesures demandées pour les sensibiliser et les inciter à ne pas utiliser les produits d’accueil quand ils ne sont pas retirés des chambres.»

Manon Viau – Ensemble Gli Incogniti

Source : Guide des bonnes pratiques de l’hôtellerie, réalisé par l’UMIH et l’ADEME – Octobre 2016.