Technique

La technique est un poste central en termes de transition écologique : de la création de décors à leur transport, de la lumière aux costumes, il est possible de faire une vraie différence en adaptant ses pratiques dès le début de la production.
Repenser son parc technique

Repenser son parc lumière :

  • Remplacer les lumières par des LED, une alternative plus durable, plus efficace au niveau énergétique et qui ne consomme pas de gélatine (les spots à LED gèrent directement les variations de couleurs).
  • Remplacer les gélatines habituelles par des gélatines avec une durée de vie plus longue.

Repenser son parc matériel technique et le gérer de façon raisonnée :

  • Prêter ou louer le matériel peu utilisé.
  • Privilégier la réparation du matériel endommagé à un nouvel achat.
  • Donner son matériel endommagé à des structures qui pourront leur donner une seconde vie ou le recycler.
  • Acheter du matériel de seconde main remis à neuf.

La Ressourcerie du spectacle : « Nous sommes techniciens, artistes, intermittents, tous investis depuis plusieurs années dans différentes associations et collectifs. Nous avons fait le constat de la quantité de matériel de spectacle mis au rebut pourtant prêt à vivre une seconde vie et du manque d’infrastructures et de moyens techniques destinés à certaines formes intermédiaires de créations. »
source


Limiter la consommation de piles :

  • Acheter des piles rechargeables moins polluantes que les piles jetables. Les déposer dans des bacs de recyclage en fin de vie.

Bien choisir ses costumes et cosmétiques

Utiliser des produits de maquillage responsables :

  • Eviter les produits conditionnés dans des flacons en aluminium non recyclables ou les produits sur-emballés.
  • Eviter la laque et les déodorants qui sont chargés en perturbateurs endocriniens et allergènes.
  • Se renseigner sur des marques de cosmétiques bio et respectueux de l’environnement.
    • Un article qui recense et décrit quelques labels bio dans les cosmétiques.
    • Une association qui milite pour une cosmétique plus censée : Slow cosmétique 

Concevoir, acheter ou louer des costumes d’occasion :

  • Privilégier les achats de seconde main ou concevoir des costumes avec des tissus réutilisés.
    • Puces, Emmaüs, guetter les ventes privées de certaines structures types Maisons d’Opéra.
    • Un site qui encourage l’achat de seconde main : Récupscène.

Il faut 7 500 litres d’eau pour fabriquer un jean, soit l’équivalent de l’eau bue par un être humain pendant sept ans.
source


  • Travailler avec des artisans, boutiques et prestataires locaux.
  • Limiter les vêtements en polyester et en microfibre synthétiques.
  • Concevoir des spectacles où les costumes sont des habits quotidiens des artistes.
  • Mutualiser les costumes entre structures d’une même ville.

Concevoir, fabriquer et réutiliser ses décors

Concevoir et construire des décors éco-responsables :

  • Récupérer de la matière première d’une production antérieure.
    • Une association qui accompagne les professionnels du secteur à l’appropriation des pratiques de l’économie circulaire et le réemploi de matériaux : La Réserve des arts.
  • Utiliser de la matière première naturelle, renouvelable, recyclable en fin de vie, non toxique ou impactante dès sa production et/ou sa transformation.
  • Utiliser de la matière première produite localement et travailler avec des prestataires locaux.
  • Minimiser et valoriser les chutes de production, trier et/ou valoriser les déchets ultimes (copeaux, consommables, peintures).
    • Un guide retraçant l’expérience du Festival d’Art Lyrique d’Aix en Provence en matière d’écoconception.

Préparer en amont le cycle de vie des décors :

  • Choisir des pièces d’usure aisément remplaçables afin de limiter les allers-retours en atelier.
  • Choisir des emballages de décor non spécifiques, réutilisables ou recyclables afin de faciliter ses déplacements.
  • Réduire au maximum le volume nécessaire au transport en établissant des plans de montage et de chargement clairement établis.
    • Un guide retraçant l’expérience du Festival d’Art Lyrique d’Aix en Provence en matière d’écoconception.

Anticiper la fin de vie des décors dès leur conception :

  • Choisir des matériaux plus sains (par exemple, le liège à la place du polystyrène, matière dérivée du pétrole).

45 tonnes de déchets sont issues de la construction de décors, produits sur une année.
source


  • Construire des décors réutilisables pour envisager une mutualisation à la suite de la production (prêt, location, revente).
  • Concevoir des châssis standardisés pour être utilisés d’une production à l’autre.
  • Parcelliser les décors pour les réutiliser, comme au Grand T.
  • Recycler de manière éco-responsable les parties des décors qui ne peuvent être réutilisées.
    • Une plateforme dédiée au recyclage de décors : Artstock

Anticiper dès le contrat

Mettre en place des dispositions contractuelles :

  • Insérer un article « développement durable » dans les contrats de coproduction afin d’inciter les producteurs délégués à réduire l’impact de leurs activités sur l’environnement (de la conception à la fin de vie des costumes et décors).

L’industrie de la mode produit d’importantes émissions de gaz à effet de serre, consomme énormément d’eau, ainsi que de pétrole, qui sert notamment à fabriquer le polyester. Source


Source : La responsabilité écologique des lieux permanents de spectacle vivant, des enjeux et des spécificités. (chap 1.) – 2019 – Amélie Mammou.